guerre economique chine usa influence sur vietnam

La guerre Ă©conomique entre la Chine et les Etats-Unis : comment influence-t-elle l’industrie vietnamienne ?

Du fait de leur guerre commerciale, les Etats-Unis et la Chine ont augmentĂ©s leurs taxes d’importations sur 50 milliards de dollars de valeur de biens produits dans le pays adverse, notamment dans les secteurs de l’agriculture, de la chimie, de la mĂ©tallurgie, de l’automobile et des Ă©quipements mĂ©dicaux. Cette situation ne va pas vers l’apaisement car les deux plus grandes Ă©conomies mondiales envisagent de nouvelles barriĂšres tarifaires en reprĂ©sailles.
Des rĂ©percussions se font sentir dans de nombreux autres pays, dont le Vietnam, pour qui ces deux pays sont ses plus gros partenaires commerciaux. Le Vietnam fait directement partie de la chaĂźne de valeur chinoise, ce qui explique pourquoi les Etats-Unis ont aussi directement visĂ© le pays en augmentant les taxes d’importation sur l’acier du Vietnam.
Ces Ă©vĂšnements ne font qu’accĂ©lĂ©rer la tendance qu’ont les entreprises Ă  relocaliser leur production chinoise vers d’autres pays d’Asie du sud-est. MotivĂ© dans un premier temps par l’augmentation du prix de la main d’Ɠuvre en Chine, le besoin de diversification et la volontĂ© du gouvernement chinois Ă  favoriser l’industrie high-tech au dĂ©triment des industries Ă  fort besoin de main d’Ɠuvre, les investisseurs Ă©trangers comme chinois ont progressivement dĂ©placĂ© leur activitĂ© en Asie du sud-est.

 

1) Influence des barriÚres tarifaires américaines sur le Vietnam

1.1) Effets positifs

Si les droits de douanes américains ne visent que la Chine et épargne les pays environnants, les exportateurs vietnamiens deviendront plus compétitifs que leurs voisins chinois.

Pour les investisseurs Ă©trangers, le Vietnam sera aussi une bonne alternative Ă  la Chine. Le Vietnam bĂ©nĂ©ficie dĂ©jĂ  grandement de la stratĂ©gie Chine +1, et cette guerre croissante ne fera qu’accĂ©lĂ©rer les flux entrant d’investissements, surtout pour les biens de consommation Ă  forte intensitĂ© de main d’Ɠuvre, comme le textile, la chaussure et l’électronique.

La plupart des Ă©conomies mondiales orientĂ©es Ă  l’export, dont le Vietnam, attireront plus d’entreprises productrices qui restructurent leur chaĂźne d’approvisionnement afin de rĂ©duire leur sensibilitĂ© aux barriĂšres tarifaires amĂ©ricaines.

Les Ă©conomies Ă©mergentes d’Asie du sud-est devraient ĂȘtre affectĂ©es Ă  court terme, mais sur le long terme cela sera certainement bĂ©nĂ©fique.

 

1.2) Effets négatifs

Les inconvĂ©nients majeurs d’une Ă©conomie orientĂ©e Ă  l’exportation sont :

  • La dĂ©pendance importante aux investissements Ă©trangers
  • L’exposition accrue Ă  la volatilitĂ© des marchĂ©s mondialisĂ©s

En outre, la chaĂźne d’approvisionnement transfrontaliĂšre devrait ĂȘtre affectĂ©e par les dĂ©cisions des Etats-Unis. Cela influencera donc les exportations vietnamiennes en Chine, qui contribuent directement Ă  l’industrie chinoise. Cela est vrai pour toutes autres Ă©conomies faisant partie de la chaĂźne de valeur sino-amĂ©ricaine.

Aussi, les entreprises implantées en Chine vont réorienter le sens de leurs flux de matiÚres premiÚres en direction du Vietnam, ce qui contraindra les industries locales vietnamiennes à modifier leur méthode de production.

 

2) Pourquoi les investisseurs chinois comme étrangers choisissent de délocaliser au Vietnam ?

En plus de sa proximitĂ© gĂ©ographique avec la Chine, le Vietnam offre de nombreux autres avantages aux entreprises souhaitant s’y implanter.

 

2.1) Une main d’Ɠuvre vietnamienne compĂ©titive et qualifiĂ©e

Les salaires moyens au Vietnam sont bien infĂ©rieurs Ă  ceux distribuĂ©s en Chine, qui ont connu une croissance constante durant les deux derniĂšres dĂ©cennies. Les vietnamiens sont approximativement rĂ©munĂ©rĂ©s un peu plus de la moitiĂ© que leurs Ă©quivalents chinois. Aussi, la jeunesse du peuple vietnamien et son niveau correct de qualification offre aux entreprises une main d’Ɠuvre de choix.

 

2.2) Les Accords de Libre-Ă©change (ALE) impliquant le Vietnam

Le Vietnam est impliquĂ© dans de nombreux ALE, ce qui n’est pas le cas des autres pays d’Asie du sud-est. Il n’est pas seulement signataire des accords commerciaux ratifiĂ©s par l’ASEAN, il possĂšde ses propres ALE bilatĂ©raux.

Les deux plus récents sont :

  • Le CPTPP avec l’Australie, Brunei, le Chili, le Japon, la Malaisie, le Mexique, la Nouvelle-ZĂ©lande, le PĂ©rou, Singapour et le Canada.

  • L’EVFTA avec l’Union EuropĂ©enne.

 

2.3) Les zones Ă©conomiques frontaliĂšres entre le Vietnam et la Chine

Du fait de leur frontiĂšre commune, la Chine et le Vietnam ont Ă©tablis des zones commerciales franches le long de la frontiĂšre comme la Longbang-Tra Linh trade zone et la Guangxi Pingxiang Integrated free trade zone.

Des zones franches commerciales supplĂ©mentaires devraient ĂȘtre ouvertes en Chine, plus proches des hubs de production de la province du Guangdong et du delta du Yangzi Jiang.

 

2.4) Les ports et le secteur maritime au Vietnam

Le Vietnam est situĂ© le long des principales routes maritimes mondiales et possĂšde 44 ports capables d’accueillir 500 millions de tonnes de marchandise par an. Bien que les capacitĂ©s portuaires chinoises soient plus importantes, le gouvernement vietnamien investi dans de nouveaux ports et dans l’optimisation des capacitĂ©s des ports existants.

Les ports vietnamiens majeurs sont ceux de Hai Phong, Da Nang, Qui Nhon et Ho Chi Minh Ville.

 

2.5) La connectivité entre la Chine et le Vietnam grùce à la route et au chemin de fer

Grùce à leur frontiÚre commune, le transport routier et ferroviaire est une composante clé du commerce entre les deux pays. Les chemins de fer entre Kunming-Hai Phong et Hanoi-Nanchang, permettent une bonne connectivité entre les deux pays. Ces infrastructures sont un argument pour attirer les entreprises présentes en Chine.

 

3) Les stratĂ©gies d’adaptation des entreprises

A court terme, les entreprises peuvent utiliser de nouveaux fournisseurs et appliquer des stratĂ©gies d’ingĂ©nierie tarifaire pour mitiger si possible le risque commercial.

Les entreprises ayant investis en Chine peuvent rĂ©duire le risque en se dĂ©plaçant vers d’autres rĂ©gions compĂ©titives d’Asie du sud-est comme le Vietnam. Cela est onĂ©reux et requiĂšre du temps car elles doivent d’abord trouver de nouveaux fournisseurs, nĂ©gocier de nouveaux contrats avec eux, puis dĂ©placer leurs investissements vers ces nouveaux pays.

 

3.1) Exporter ses marchandises Ă  partir du Vietnam

Du fait de soupçons concernant l’origine de certains produits vietnamiens, le gouvernement amĂ©ricain a augmentĂ© les droits de douane sur les produits vietnamiens en acier en mars 2018.

Le gouvernement vietnamien avait prĂ©vu qu’à court terme, la guerre Ă©conomique inciterait les fabricants chinois Ă  rĂ©orienter leurs produits vers le Vietnam, avant exportation finale vers les Etats-Unis.

En consĂ©quence, les autoritĂ©s vietnamiennes ont pris plusieurs mesures pour renforcer la traçabilitĂ© des produits importĂ©s et exportĂ©s. Au mois de mars 2018, juste aprĂšs les sanctions amĂ©ricaines, le dĂ©cret No. 31/2018/ND-CP, a accru les exigences concernant l’origine des biens commerciaux. Cela prouve que les exportateurs chinois utilisaient le Vietnam pour envoyer leur production.

 

3.2) Optimiser sa chaüne d’approvisionnement

Les entreprises sur le marchĂ© amĂ©ricain doivent travailler Ă©troitement avec leurs fournisseurs, surtout ceux d’ordre secondaire et tertiaire, pour assurer de maniĂšre fiable et prĂ©cise l’origine de leurs produits. Au-delĂ  de simplement vĂ©rifier le pays d’origine de leur marchandise, cela leur permettra aussi de diversifier leur chaĂźne d’approvisionnement pour rĂ©duire leur exposition Ă  cette guerre.

Avoir plusieurs fournisseurs gĂ©ographiquement diversifiĂ©s permet aussi de mieux gĂ©rer des risques comme l’inflation et le taux de change. Bien sĂ»r cela dĂ©pend du nombre de fournisseurs prĂ©sents hors de Chine, ainsi que leurs coĂ»ts comparĂ©s Ă  leurs Ă©quivalents chinois.

 

3.3) DĂ©localiser sa production de Chine

Les entreprises productrices peuvent dĂ©placer leurs opĂ©rations de fabrication partiellement ou complĂštement vers un pays tiers Ă©pargnĂ© par les barriĂšres tarifaires, comme le Vietnam. Cela leur permettra de bĂ©nĂ©ficier de traitements tarifaires plus avantageux, Par exemple, des biens semi-finis produits en Chine peuvent ĂȘtre substantiellement finis ou transformĂ©s au Vietnam pour bĂ©nĂ©ficier du Certificat d’Origine vietnamien.

Ce phĂ©nomĂšne s’est accentuĂ© ces derniĂšres annĂ©es, surtout dans le secteur de l’électronique. Des grands noms internationaux, comme Intel, Foxconn, LG et Samsung ont relocalisĂ© leur production au Vietnam, surtout pour des questions de coĂ»t de main d’Ɠuvre. Dans l’habillement, certaines grandes enseignes comme Nike, Adidas et Puma se sont aussi tournĂ©es vers le Vietnam et le Cambodge pour optimiser leurs coĂ»ts. La guerre commerciale devrait accĂ©lĂ©rer cette tendance.

 

4) Aller de l’avant

Le Vietnam pĂąti d’une chaĂźne d’approvisionnement sous-dĂ©veloppĂ©e et d’une grande dĂ©pendance aux importations de matiĂšre premiĂšre. Le pays doit repousser ces obstacles.

Pour se protĂ©ger de la potentielle issue de cette guerre commerciale, le Vietnam doit se concentrer sur son accĂšs au marchĂ© mondialisĂ©. Le pays est dĂ©jĂ  signataire de nombreux Accords de Libre Echange (ALE), dont les plus importants sont le CPTPP et l’EVFTA. Cela est une excellente opportunitĂ© pour doper ses exportations vers ces marchĂ©s, et rĂ©duire sa dĂ©pendance aux marchĂ©s chinois et amĂ©ricains.

Intéressé par nos services ? Besoin de renseignements personnalisés ?
Nos experts vous répondent sous 24H

modele de production chinois au vietnam

Le modĂšle de production Chine +1 au Vietnam

Les entreprises prĂ©sentent en Chine pour la production et l’assemblage de produits Ă  faible valeur ajoutĂ©e se tournent de plus en plus vers d’autres pays asiatiques pour Ă©tendre ou relocaliser leur production. Cette tendance est en partie motivĂ©e par la hausse du coĂ»t de la main d’Ɠuvre et par des exigences en constante croissance pour pouvoir produire dans « l’Usine du monde ».
Le recours Ă  la sous-traitance par les entreprises, afin de rĂ©duire les coĂ»ts de production, et accroĂźtre ses marges n’est pas un phĂ©nomĂšne nouveau. En revanche la stratĂ©gie de relocalisation de la production a Ă©voluĂ© ces derniĂšres annĂ©es, tout comme les pays dans lesquels ces opĂ©rations et investissements sont effectuĂ©s.
Cette stratégie appelée « Chine +1 » a de plus en plus de succÚs auprÚs des entreprises, peu importe leur envergure et leur domaine. Cette tendance a largement été accélérée ces derniÚres années, du fait de la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis.
Parmi les pays susceptibles de recevoir de tels investissements, le Vietnam a rapidement Ă©mergĂ© durant la derniĂšre dĂ©cennie, comme une solution efficiente pour relocaliser ou Ă©tendre sa production en Asie du sud-est. L’adhĂ©sion du Vietnam Ă  l’OMC, une main d’Ɠuvre qualifiĂ©e et compĂ©titive, ainsi qu’un environnement attractif pour les investissements Ă©trangers ont fait du Vietnam une destination idĂ©ale pour les investisseurs chinois comme Ă©trangers, souhaitant rĂ©duire leurs coĂ»ts et diversifier leur chaĂźne d’approvisionnement.
Chaque pays d’Asie a ses propres forces et faiblesses pour la production de chaque type de produit, et de nombreux facteurs doivent ĂȘtre pris en compte avant de reconstruire sa chaĂźne d’approvisionnement hors de Chine. Dans cet article, nous dĂ©crivons pourquoi le Vietnam s’est imposĂ© comme nouveau pays industriel. 

1) La Chine n’est pas encore hors-jeu

Les entreprises étrangÚres comme chinoises restent largement optimistes concernant les capacités de production en Chine. En effet les excellentes infrastructures logistiques et industrielles du pays, pour tous produits confondus restent inégalées à ce jour.

PlutĂŽt que d’abandonner totalement le marchĂ© chinois, les investisseurs prĂ©fĂšrent complĂ©ter leur production en Chine avec des composantes fabriquĂ©es Ă  bas coĂ»t dans des pays tiers comme le Vietnam. Bien que la structure de ces opĂ©rations diffĂšre grandement selon le pays concernĂ©, cette stratĂ©gie de production est dorĂ©navant connue en tant que Chine +1.

 

2) Les avantages du Vietnam en tant que destination Chine +1

La production Ă  fort besoin de main d’Ɠuvre de la Chine est de plus en plus relocalisĂ©e au Vietnam. Cette tendance devrait se poursuivre, compte tenu de la volontĂ© du gouvernement vietnamien Ă  continuer sa politique Ă©conomique d’ouverture. Dans le cadre de la redĂ©finition du marchĂ© vietnamien durant les derniĂšres dĂ©cennies, son ouverture au commerce international est devenue un des piliers pour sa restructuration Ă©conomique. Le Vietnam a rejoint l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) en 2007, avec une volontĂ© forte de se fondre Ă  l’économie mondialisĂ©e. Depuis, de nombreux accords commerciaux de libre Ă©change ont suivis, pour crĂ©er un environnement favorable Ă  l’investissement.

Une Ă©tude conduite par Natixis a Ă©valuĂ©e 7 Ă©conomies Ă©mergentes en Asie comme alternative viable Ă  la Chine. Cette Ă©tude a positionnĂ© le Vietnam en premiĂšre place. Les critĂšres retenus afin de classer les meilleures options d’implantation ont Ă©tĂ© la dĂ©mographie, les salaires, le classement de la banque mondiale concernant la facilitĂ© Ă  faire du commerce et la logistique.

La proximitĂ© du Vietnam et de la Chine, la compĂ©titivitĂ© de sa main d’Ɠuvre et de nombreux accords commerciaux ont permis au Vietnam de convaincre largement en tant que destination Chine +1. Des villes comme Hanoi ne sont qu’à 900 km du hub de production de Shenzhen. Cela est bien plus proche que d’autres lieux comme Jakarta (3,300km), Bangkok (2,750km) ou Kuala Lumpur (3,025km).

En implantant leurs nouvelles usines au plus prĂšs des hubs de production chinois, les investisseurs rĂ©ussissent Ă  rĂ©duire leurs coĂ»ts, tout en minimisant l’interruption de leur chaĂźne d’approvisionnement actuelle. Les investisseurs Ă©trangers adoptant la stratĂ©gie Chine +1 avec le Vietnam optimisent leurs coĂ»ts sur les salaires, sur le prix de la terre ainsi que sur les investissements. Le salaire minimum au Vietnam correspond Ă  59% de celui pratiquĂ© en Chine, et Ă  70% de celui pratiquĂ© en ThaĂŻlande entre autres exemples.

Aussi, le rĂ©seau d’Accords de Libre Echange (ALE) existant entre le Vietnam et le reste du monde est parmi l’un des meilleurs que les entreprises puissent trouver Ă  ce jour. Contrairement Ă  la Chine qui a historiquement fait levier sur son bas coĂ»t de main d’Ɠuvre, le Vietnam a ratifiĂ© de nombreux ALE connectant le pays aux plus grands marchĂ©s d’importation. Dans ce rĂ©seau, on peut citer des pays comme le Chili et le Japon, ainsi que des zones majeures comme l’UE et les pays membres du Trans Pacific Partnership (TPP). En tant que membre de l’ASEAN, le Vietnam bĂ©nĂ©ficie aussi des ALE que possĂšde la rĂ©gion avec la Chine, la CorĂ©e du Sud, l’Australie, la Nouvelle ZĂ©lande et l’Inde. Tous ces accords additionnĂ©s octroient au Vietnam un avantage significatif sur la Chine.

 

3) Pourquoi les entreprises souhaitent produire au Vietnam ?

La trĂȘve entre la Chine et les Etats-Unis dans leur guerre commerciale offre un soulagement temporaire aux fabricants, qui se prĂ©paraient Ă  une hausse des droits de douane de 25% aux Etats-Unis. Les entreprises continueront Ă  Ă©valuer de maniĂšre rĂ©guliĂšre si ces Ă©vĂšnements les atteignent, et s’il est donc temps de dĂ©localiser leur production. Les entreprises totalement dĂ©pendantes de la Chine pour leur production, auront rĂ©guliĂšrement affaire Ă  de nouvelles rĂ©gulations sur le commerce et l’emploi, ainsi qu’une surveillance opĂ©rationnelle accrue.

 

4) Bien choisir ce que l’on sous-traite

Les investisseurs ont besoin d’avoir une comprĂ©hension claire des capacitĂ©s et limites de la production au Vietnam, avant d’envisager toute implantation. Depuis quelques annĂ©es seulement, les infrastructures vietnamiennes sont plus performantes pour fabriquer et assembler des produits Ă  faible valeur ajoutĂ©e qu’en Chine continentale. Ainsi, les piĂšces et procĂ©dures d’assemblage basiques sont souvent les premiers maillons de la chaĂźne d’approvisionnement dĂ©localisĂ©s au Vietnam.

Les investisseurs Ă©trangers choisissent avec raison d’entrer sur le marchĂ© vietnamien de maniĂšre progressive. Une fois Ă  l’aise avec les habitudes de productions de leurs partenaires locaux, ils dĂ©cident d’augmenter leur production sur place et de relocaliser de plus en plus d’élĂ©ments de la chaĂźne d’approvisionnement au Vietnam.

 

5) Les erreurs de relocalisation Ă  ne pas faire

MalgrĂ© les avantages prĂ©cĂ©demment Ă©voquĂ©s, comme les bas coĂ»ts de production, la proximitĂ© avec la Chine, et de nombreux ALE, il n’est pas de tout repos de s’implanter au Vietnam. Les entreprises doivent trouver comment rĂ©organiser efficacement leur chaĂźne d’approvisionnement, quels Ă©lĂ©ments relocaliser, les stratĂ©gies d’implantation au Vietnam, ainsi que bien comprendre si les ALE impliquant le Vietnam peuvent les avantager.

A propos des ALE, pouvoir bĂ©nĂ©ficier de ces accords n’est pas forcĂ©ment garanti. La plupart de ces accords ont Ă©tĂ© nĂ©gociĂ©s rĂ©cemment et incluent des « dispositions relatives aux rĂšgles d’origine ». Des limites sont ainsi placĂ©es sur les catĂ©gories de produits Ă©ligibles Ă  ces rĂ©ductions tarifaires. GĂ©nĂ©ralement, les exigences d’origine sont rĂ©ciproques et ont trait Ă  ce que le pays peut lui aussi exporter sur la marchĂ© Vietnamien.

La dĂ©localisation reste cependant une stratĂ©gie onĂ©reuse Ă  court terme. Il faut considĂ©rer les coĂ»ts de conversion et de transfert d’usines, et envoyer des travailleurs qualifiĂ©s pour lancer la production dans le nouveau pays. De maniĂšre gĂ©nĂ©rale, les investisseurs doivent faire en sorte de dĂ©placer le plus de valeur possible dans leurs usines de production au Vietnam. L’objectif Ă©tant qu’il y ait un Ă©cart important entre les matĂ©riaux et composants en entrĂ©e d’usine et le produit final en sortie d’assemblage.

Les multinationales souhaitant transfĂ©rer leur production doivent mettre en place une nouvelle supply chain adaptĂ©e au pays, ce qui est trĂšs onĂ©reux et peut prendre des annĂ©es de travail. Pour tout type d’entreprise, peu importe le domaine et la taille, il est conseillĂ© de s’associer avec des partenaires locaux expĂ©rimentĂ©s, ayant les bonnes connexions et une expertise du territoire pour faciliter l’intĂ©gration.

 

6) Exemples de transfert de chaüne d’approvisionnement au Vietnam

6.1) L’industrie du Textiles et de l’habillement

Le secteur du textile et de l’habillement est un domaine clĂ© pour le commerce extĂ©rieur du Vietnam. Par exemple, le Vietnam est le second fournisseur de la CorĂ©e du Sud dans ce domaine, juste aprĂšs la Chine. Les observateurs industriels prĂ©disent que le Vietnam devancera trĂšs prochainement la Chine.

Ces derniĂšres annĂ©es, les gĂ©ants du textile comme Nike et Adidas ont Ă©largis leur production au Vietnam du fait du faible coĂ»t de la main d’Ɠuvre. Nike a commencĂ© Ă  fabriquer plus de produits au Vietnam qu’en Chine dĂšs 2009, suivi par Adidas Ă  partir de 2012. Les deux fabricants ont transfĂ©rĂ© leur production au Vietnam quand les salaires en Chine ont approximativement atteint les 400 $/mois. Le salaire moyen d’un ouvrier au Vietnam est de 270$ par mois actuellement. Mais comme les salaires augmentent d’à peu prĂšs 8% par an, les fabricants devront certainement transfĂ©rer de nouveau leur production dans un futur plus ou moins proche.

 

6.2) L’industrie de la High-Tech et de l’électronique

Le pays a connu un boom high tech ces derniĂšres annĂ©es, le propulsant sur le chemin de la production d’objets Ă  haute valeur ajoutĂ©e. Depuis ces 5 derniĂšres annĂ©es, de plus en plus d’usines de production Ă©lectronique se sont implantĂ©es au Vietnam.

Goertek, l’assembleur des AirPods pour Apple en Chine a confirmĂ© sa volontĂ© de transfĂ©rer sa production au Vietnam. Suite aux tensions entraĂźnĂ©es par la guerre commerciale entre les USA et la Chine, le Vietnam est devenu une alternative attrayante comme pays de production, en considĂ©rant les taxes d’importations Ă©levĂ©es placĂ©es sur les produits high tech. Les acteurs majeurs de l’électronique comme Cheng Uei, une entreprise TaĂŻwanaise spĂ©cialisĂ©e dans la production de piĂšces pour Apple, sont aussi en train d’évaluer leurs options de transfert hors de Chine, avec le Vietnam pour premiĂšre solution.

Intéressé par nos services ? Besoin de renseignements personnalisés ?
Nos experts vous répondent sous 24H